Le ratio RUN/BUILD a-t-il encore un sens ?

Communément en informatique, le Run fait référence au récurrent (ce qui permet à une DSI de fonctionner), et le Build aux projets (ce qui permet d'améliorer la valeur du patrimoine de l'entreprise).

Dans une logique Cigref, le run, souvent résumé à la notion de "maintien en conditions opérationnelles", regroupe donc tous les coûts d'exploitation, de licence, d'infrastructure, mais également les coûts liés au cloud, au support, à l'hébergement...

Le build quant à lui se compose de deux grands blocs d'activités :

  • d'un côté les activités projets, que ceux-ci soient réalisés en cycle en V (pré étude, étude, dévs, tests, recette, mise en production, pilotage de projet, gestion des changements) ou selon des méthodes agiles (initialisation / gestion du backlog, sprints évolutif, etc.)

  • de l'autre les activités transverses au build, comme le pilotage du portefeuille de projets ou encore les études et conseils réalisés en dehors des projets du portefeuille

Le ratio Run/Build devrait donc aisément pouvoir être calculé et l'on devrait pouvoir en tirer diverses conclusions et analyses. Découvrez en vidéo pourquoi cet adage mérite d'être nuancé.





0 vue